7BC - Recherche & Innovation > Tunisie > La Tunisie en 2011

La Tunisie en 2011

Héritière de la Carthage punique, grande rivale de la Rome Antique, terre d’accueil pour les Phéniciens, les Romains, les Vandales, les Byzantins, les Arabes, les Andalous, les Turcs, les Italiens et les Français, riche d’une histoire deux fois millénaires, la Tunisie s’est révoltée contre sa dictature policière après qu’un vendeur de légumes s’est immolé par le feu le 17 décembre 2010, dans la Ville de Sidi-Bouzid.

Le Vendredi 14 janvier 2011, un grand rassemblement du peuple tunisien a lieu devant le ministère de l’intérieur pour demander le départ du président en poste depuis 23 ans. La foule scande alors DEGAGE, DEGAGE, DEGAGE, et obtiendra quelques heures plus tard le départ définitif du dictateur.

 

Première E-révolution

Les images de la révolte sociale et des manifestations à Sidi Bouzid se sont propagées rapidement grâce aux smartphones et aux cybercafés, présents dans tous le pays. Elles seront ensuite relayées par les jeunes blogueurs et internautes tunisiens, furieux contre la censure, surtout à travers Twitter et Facebook. On parle alors de première e-révolution. Dans un pays où la censure internet, baptisée Ammar 404, sévissait, 20% de la population avait un compte Facebook.

 

Printemps Arabe ?

La Tunisie est aussi le premier des pays arabes à réussir une révolution contre le pouvoir en place. Un mois plus tard, l’Egypte suivra par la destitution de son président, puis la Libye, le Yémen et la Syrie.

Mais l’euphorie révolutionnaire sera de courte durée. Des élections libres sont organisées en Tunisie le 23 octobre 2011, qui portent au pouvoir le parti islamiste Ennahdha, au grand dam des partis laïques divisés. En Egypte et en Libye aussi, des régimes islamistes succèdent aux régimes laïques dictatoriaux.

En Tunisie, la révolte sociale continue de gronder, avec un secteur touristique au plus bas et des investisseurs étrangers qui repartent.

Cela avait été bien dit après la révolution française:  une révolution profite rarement à ceux qui la font.

Share

Envoyer un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>